Rechercher
  • Diane RL

Rites et rituels

Mis à jour : avr. 1


En cette nouvelle période, notre famille comme beaucoup d’autres, a dû revoir son rythme et ses rituels, j’y ai attaché une grande importance car je sais que les rituels sont structurant pour les enfants, ils donnent des repères et sécurisent. Pour les enfants et pour moi aussi à vrai dire, pour une majorité d’entre nous à en écouter les spécialistes.


Chaque jour on se plie à des rituels sans forcément y prêter attention : la lecture du soir aux enfants, un pot de départ au travail… Le rituel donne une discipline et permet de continuer à évoluer. Le rituel se distingue de l’habitude par sa dimension symbolique et de par l’adhésion à une croyance, à une norme. L’habitude n’a pas de but alors que dans le rituel, lui, a une intention. Le rituel structure le temps et se consolide dans la répétition. Pourquoi les rituels sont d’autant plus importants en cette période où nous avons perdu beaucoup de nos repères ? Car ils tuent l’angoisse et donne de l’importance au temps qui passe. Les rituels permettent de vivre un temps plus cyclique, de vivre la répétition, de prendre le temps, de jouir vraiment du moment tous ensemble.


Les salutations, dans leur dimension physique, ont été le premier rituel mis à mal par ce que nous vivons, serrer la main, s’embrasser, se donner une accolade… D’autres rituels s’apprêtent à être annulés : les regroupements familiaux et les chasses aux œufs collectives à l’occasion de Pâques. Dans le même temps un nouveau rituel est né à Paris, à 20h les applaudissements aux balcons pour le personnel soignant.


Les rites structurent la société et l’entreprise. Tout entreprise crée ses propres rites. Et on observe que lorsqu’un événement risque de mettre en péril la cohésion du groupe, des rituels de transition se mettent en place qui rassemblent, soudent et parent au danger : pot de départ, fête de fin de collection, déjeuners de fin d’année... Ils entretiennent le lien, l’adhésion et les normes. Fêter ensemble quelque chose marque l’appartenance et veut dire que l’on forme un groupe. Les rituels sont donc essentiels pour ce qu’ils participent à créer cette notion de groupe en même temps qu’ils serviront à la faire vivre.


A écouter sur ce sujet le Podcast de France Inter, Grand bien vous fasse : « A quoi servent les rites, rituels et superstitions ? »

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-23-novembre-2017

jeudi 23 novembre 2017 par Ali Rebeihi avec

Abdu Gnaba, anthropologue

Dominique Picard, psycho-sociologue

Jean-Marie Bretagne, journaliste à « ça m’intéresse »


Extrait :

Apple est une entreprise qui a créé de nombreux rituels parmi lesquels le lancement d’un nouveau produit, une grand-messe durant laquelle arrivait à l’origine le père fondateur, l’objet dans la main, l’objet qui ouvre « le monde d’en haut », les adeptes, le lendemain matin, se retrouvent devant les temples dans une longue file d’attente, ce qui est aussi un rituel en soi. Chacun attend patiemment, cela fait partie du processus, le premier qui entre aura la primeur de toucher l’objet créé par le père et chacun pourra à son tour être touché par la grâce, puis dans la suite du rituel on va jusqu’à ramener l’objet chez soi, regarder la boite et l’ouvrir de façon très séquencée, c’est à ce moment-là que l’on jouit de l’esprit qu’il y a dans la boite, on a enfin l’objet et cet objet nous permettra d’ouvrir « des mondes supérieurs ».

49 vues
 

MIM-OSA

©2019 par MIM-OSA. Créé avec Wix.com