Rechercher
  • Diane RL

"Que répondre à un collaborateur qui me dit : je n’en peux plus, je n’y arrive pas, je suis épuisé"

Ce fut la question de fin de mon talk à The Fragrance Foundation France sur la résilience.


En réalité je crois qu’il n’y a pas tant à dire qu’à écouter.


Ecouter, prendre le temps d’écouter, c’est-à-dire écouter en étant vraiment présent et disponible pour l’autre.

Les collaborateurs sont en effet souvent épuisés : un sommeil haché, une journée qui n’en finit pas, une frontière poreuse entre la vie pro et de la vie perso, une pression accrue du management, une incertitude sur l’avenir. Ils sont nombreux à faire part de leurs difficultés, les sondages et autres études sont là pour le relayer quasiment quotidiennement.


Leur fatigue, leur inquiétude voire leurs peurs et leur angoisse ont besoin d’être accueilli et donc tout simplement écouter. Faire l’économie de cette écoute, de cette disponibilité du manager c’est mettre en péril la relation et cela peut s’avérer couteux pour la suite ; le prix à payer désengagement, burn out, absentéisme…


Une entreprise résiliente sera portée par des managers capables d’accueillir l’autre, c’est-à-dire capable de créer un espace d’échange où pourront s’exprimer les émotions. Donner de la place à l’expression libre des émotions validera le collaborateur dans le vécu difficile qui est le sien, il se sentira reconnu en tant qu’individu dans sa singularité et, déchargé de cette charge émotionnelle négative, il pourra envisager de se mobiliser à nouveau.


Comment écouter, comment donner de la place et accueillir, l’esprit de cette posture essentielle au manager est, pour moi, dans ce très beau texte :

« Écouter, c'est vraiment laisser tomber tout ce qui nous occupe pour donner tout son temps à l'autre.

Écouter, ce n'est pas de chercher à répondre à l'autre, sachant qu'il a en lui-même les réponses à ses propres questions. C'est refuser de penser à la place de l'autre, de lui donner des conseils et même de vouloir le comprendre.

Écouter, c'est accueillir l'autre avec reconnaissance tel qu'il se définit lui-même, sans se substituer à lui pour dire ce qu'il doit être. C'est être ouvert à toutes les idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions, sans interpréter, sans juger, laissant à l'autre le temps et l'espace de trouver la voie qui est la sienne.

Écouter, ce n'est pas vouloir que quelqu'un soit comme ceci ou comme cela, c'est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques. Être attentif à quelqu'un qui souffre, ce n'est pas de donner une solution ou une explication à sa souffrance, c'est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s'en libérer.

Écouter, c'est donner à l'autre ce que l'on ne nous a peut-être jamais donné : de l'attention, du temps » André Gromolard


Vous reconnaissez cette personne qui écoute ? Et si « écouter », pour un manager, c’était prendre la posture du coach ?


« Parler est un besoin, écouter est un art » a écrit Goethe. C’est un art auquel le manager peut être initié, peut s’entrainer. C’est tout le contenu de la formation que nous avons imaginée avec Rebecca Ricchi : Form’action « Manager Coach » une nouvelle posture pour favoriser l’engagement.


Parlons-en 0611372439

mimosa.diane@gmail.com

0 vue

MIM-OSA

©2019 par MIM-OSA. Créé avec Wix.com